Retourner aux résultats

Les Promenades d'Aurélia - Episode 6 : Autour de l'Opéra Garnier

Dans ce sixième épisode des Promenades d’Aurélia, nous vous invitons à découvrir les petites merveilles qui se cachent autour de l’Opéra Garnier. Ce sont les IIème et IXème arrondissements qui nous accueillent le temps de notre balade.

Aurélia et Brice

Aurélia aime flâner à la recherche d’endroits méconnus qui valent le coup d'oeil. C’est avec Brice, son réalisateur qu'ils nous emmènent découvrir en vidéo des lieux bucoliques, discrets et exceptionnels. 

De l'Opéra au Printemps : deux incontournables parisiens

L'Opéra Garnier : un décor à couper le souffle

Commençons par le point de départ de notre promenade avec l’Opéra Garnier.

Le lieu est ouvert à la visite et accessible à tous, tout au long de l’année ! Pensez à réserver votre billet en prenant garde de vérifier que ce dernier n’est pas fermé pour cause de ballet.

Lorsqu’on se retrouve à ses pieds, l’Opéra Garnier est époustouflant. Ce monument dédié à la musique et la danse ne laisse aucun passant indifférent. Plus on s’approche de l’édifice, et plus l’oeil est captivé par la richesse des détails qui ornent ses façades. Statues, colonnes, dorure, marbre, Charles Garnier a souhaité égayer l’urbanisme haussmannien !

Empreint de nostalgie, et débordant d’éclectisme, avec son riche décor fastueux et monumental, les styles et les époques se mélangent.

L'Opéra Garnier : un lieu surprenant !

Le lieu est riche d’anecdotes et j’en partage ici avec vous quelques-unes que j’aime particulièrement :

  1. Sur son toit, ça butine. Depuis plus de 30 ans, des ruches sont installées sur les sommets de l’opéra.
  2. Le lustre qui trône dans la salle de spectacle d’un poids de huit tonnes à la taille d’un immeuble de deux étages !
  3. C’est la Galerie des Glaces du Château de Versailles qui a notamment inspiré Le Grand Foyer (seulement arpentés par les hommes à cette époque).
  4. Regardez avec minutie l’Opéra Garnier, de nombreuses lyres sont dissimulées dans le décor, symbole de la chanson et de la poésie.
  5. Quelle matière donne aux toits de l’Opéra Garnier cette couleur verte ? Le cuivre qui une fois oxydée prend une teinte verdâtre.

Photo : le Grand Foyer - Opéra Garnier - Crédit : Imagizz

Trace du passé

Lorsque vous gravissez le Grand Escalier, remarquez comme les marches sont basses.  Convention sociale de l’époque, elles permettaient aux femmes de ne pas dévoiler leurs chevilles.

Vue sur le Sacré-Coeur depuis la terrasse du Printemps Haussmann.jpg
Vue sur le Sacré-Coeur depuis la terrasse du Printemps Haussmann - Crédit : Imagizz

La terrasse du Printemps

De l’Opéra Garnier, il suffit de faire quelques pas pour s’offrir l’une des plus belles vues sur la capitale ! Sur le toit du Printemps Haussmann vous ne trouverez pas d’abeilles mais une vue panoramique sur Paris ! La Tour Eiffel, Le Sacré-Coeur, la Madeleine, la Tour Montparnasse, le Grand Palais … Tous les plus prestigieux monuments de Paris sont sous vos yeux !

Informations pratiques

La terrasse du Printemps Haussmann est ouverte toute l’année, du lundi au samedi de 9h35 à 20h (22h le jeudi).

le Passage Jouffroy.jpg
Le Passage Jouffroy - Crédit : Imagizz

Plongée dans le Paris des parisiens du XIXème siècle

Visites de quelques passages couverts

Par temps de pluie, cette partie de notre promenade vous permet de replier votre parapluie. Les passages couverts ne se dévoilent pas facilement, il faut tout d’abord repérer leurs portes d’entrée. Une fois que cela est fait, vous mettez le pied dans un autre temps ! Mosaïques et bois ciselés, imaginez-vous au milieu d’une clientèle aisée qui vient ici pour se rencontrer, se promener, souper et se divertir.

Vous découvrez avec cette promenade les passages Verdeau, Jouffroy et celui des Panoramas. Ce dernier est inscrit sur la liste des monuments historiques depuis 1974.

Le passage couvert est une invention parisienne qui s’exporte un peu partout en Europe notamment à Londres. Paris compte environ 150 passages couverts au XIXème siècle.

Ce sont l’urbanisme haussmanienn et les grands magasins qui mettent un terme à la belle époque des passages couverts et ceux qui ne n'ont pas été détruits par la folie des lignes droites trouvent grâce à présent à nos yeux.

Photo : Le Passage des Panoramas - Crédit : Imagizz

Un passage pas comme les autres

Il y a des passages qui détonnent par leur originalité, dans le Xème arrondissement, faites un bond de plusieurs milliers de kilomètres en Inde en vous introduisant dans le Passage Brady !

Le Bouillon Chartier.jpg
Le Bouillon Chartier - Crédit : Imagizz

Pause déjeuner chez Chartier !

Elle n’est pas un musée, mais elle est un monument de Paris incontournable à sa façon la brasserie du Bouillon Chartier ! Depuis 1896, on s’attable à toute heure de la journée pour déguster quelques mets typiques des brasseries parisiennes : oeuf mayonnaise, poulet fermier et crème chantilly maison.

Le Bouillon Chartier1.jpg (1)
Le Bouillon Chartier - Crédit : Imagizz

Vous rencontrez même à l’heure du déjeuner quelques habitués avec leur rond de serviettes. Le Bouillon Chartier est une véritable institution dans le quartier, même les parisiens viennent prendre un bol d’un Paris disparu mais qui continue à bouillonner ici.

Une “note” bohème

En 1929, le peintre Germont paya sa note avec une toile qui trône toujours dans la salle du Bouillon Chartier.

Bols de Ramen Higuma.png
Bols de Ramen - Higuma - Crédit : Imagizz

Un peu d'Asie à Paris

Que dirait Charles Garnier si il voyait l’Asie aux pieds de son Opéra ?

Dégustation de Ramen

La rue Sainte-Anne est un concentré de saveurs asiatiques. Il n’est pas rare à l’heure du dîner de constater des files d’attentes devant des échoppes dont s’échappent les vapeurs de bols de nouilles encore fumants. Les ramen sont une vraie institution dans cette rue parisienne ! Il vous faudra arriver en avance ou faire preuve de patience pour déguster ce plat rassasiant chez Higuma, l’une des adresses incontournables du quartier. Pour patienter, vous pourrez saliver en observant ses cuisiniers préparer les portions des chanceux déjà installés !

L’épicerie japonaise Kioko.jpg
L’épicerie japonaise Kioko - Crédit : Imagizz

Faites le plein de produits “kawaii” : Vous pouvez aussi préparer votre propre plat de ramen en vous rendant chez Kioko, l’une des épiceries japonaises du quartier afin d’acheter tous les ingrédients indispensables à votre recette.

Vous connaissez le Bubble Tea ?

L’une des richesses de Paris et vous l’aurez compris en découvrant la rue Sainte-Anne est sa capacité à vous faire découvrir de nouveaux mets. Chez Zenzoo, c’est un thé avec des billes de tapioca que vous découvrirez. Même si à présent la boisson est devenue très populaire un peu partout dans la capitale, c’est ici qu’elle a pointé pour la première fois le bout de son nez à Paris ! Le salon de thé est petit, cosy, les places sont rares surtout qu’à présent le salon de thé propose aussi une carte de plats très savoureux et concoctés avec soin.

Do you speak taïwanais ?

Zenzoo signifie en taïwanais (dont le Bubble Tea est la boisson nationale), thé aux perles.

Vue de l’Opéra Garnier depuis la terrasse du Printemps Haussmann.jpg
Vue de l’Opéra Garnier depuis la terrasse du Printemps Haussmann - Crédit : Imagizz

Cette promenade se termine ici les mains occupées par une tasse bien chaude d’un thé taïwanais alors que nous étions il y a encore quelques minutes dans le Paris de la Belle Epoque admirant les splendeurs de l’Opéra Garnier.

C’est un pas dans le passé festif et fastueux de Paris et dans l’éclectisme de ses quartiers que nous avons entrevu avec cette Promenade d’Aurélia numéro 6 autour de l’Opéra Garnier.